Les trois souhaits

Publié le : 14/09/2019 09:30:07
Catégories : Contes et histoires , Les contes classiques

Il était une fois un homme pauvre. Il était tombé amoureux et avait épousé une très jolie femme.

Un soir, devant le feu, ils parlent de leurs voisins plus riches qu'eux :

- Qu'ils ont de beaux vêtements !- Et leur maison est si jolie !

- Et tellement grande- Ah ! Comme ils doivent être heureux !

- J'aimerais bien être riche comme eux

- Oh oui ! Ce serait le bonheur.

- Je voudrais être au temps des fées, sûrement l'une des fées nous donnerait tout ce que nous souhaitons


La bonne fée
A peine l'homme avait-il dit ces mots, qu'une jolie et jeune fée apparaissait :

- Je suis une fée. Je vous promets de vous accorder les trois premières choses que vous souhaiterez. Mais attention, après ces trois choses, je ne vous accorderai plus rien.

- Je ne le souhaite pas encore mais pour moi le mieux serait d'être belle et riche

- Oui mais si on est malade ou on est triste, ce ne sera pas très utile d'être beau et riche. Je ne le souhaite pas encore, mais le mieux serait de souhaiter être en bonne santé et gai.

- Oui mais à quoi sert d'être gai et en bonne santé si on est pauvre ?

- Oui mais pourquoi être riche si on est triste ?

- La fée aurait dû nous accorder au moins dix vœux. Avec trois c'est difficile de choisir.

- C'est difficile mais il faut prendre le temps de bien choisir. Réfléchissons-y d'abord avant de choisir, c'est une décision très importante. Décidons demain après y avoir pensé toute la nuit.

- je veux bien y réfléchir longtemps mais à condition d'avoir chaud.

Et la femme se lève pour activer le feu. En regardant la cheminée, elle a vu de belles braises, le bois flambait très fort et sans plus réfléchir elle dit : "Avec ce beau feu, j'aimerais bien avoir de belles saucisses à faire griller pour notre diner". Elle avait à peine terminé sa phrase, que de belles saucisses lui tombent dans les mains.

- J'en ai assez des personnes qui parlent sans réfléchir. Bravo pour le joli souhait utilisé, maintenant nous n'avons plus que deux souhaits qui restent. La femme était fort penaude et se taisait. Mais son mari était tellement en colère qu'il ajouta sans réfléchir : "Je suis si fâché avec tes saucisses inutiles que je voudrais que les saucisses s'accrochent au bout de ton nez" Il avait à peine terminé sa phrase, que les saucisses s'attachent au bout du nez de sa femme. Et impossible de les retirer.

- Quelle horreur ! Que vais-je faire maintenant ? Pourquoi avoir souhaité que ces saucisses s'accrochent à mon nez ?

- Je suis désolé, je ne voulais pas, les mots sont sortis sans réfléchir. Il nous reste un seul vœu, je ne le souhaite pas encore mais pour moi le mieux serait de demander la richesse et je te ferais fabriquer un joli foulard pour cacher ces saucisses au bout de ton nez.

- Tu es fou ! Jamais, jamais je ne pourrais vivre avec ces saucisses sur mon nez. Il nous reste un vœu, très bien, laisse-le-moi ou alors je fais un malheur

- Non, non, je t'aime trop. Souhaite ce que tu veux !

- Très bien, "je souhaite que ces saucisses tombent par terre" dit la femme fort soulagée

- La fée s'est moquée de nous et elle a eu raison. Nous sommes pauvres mais heureux. Peut-être aurions-nous été riches mais malheureux. Profitons de ce que nous avons, inutile de souhaiter l'impossible et soyons heureux. D'ailleurs en voilà de jolies saucisses que nous avons souhaitées et si nous les mangions ?

- Quelle bonne idée ! Je suis bien d'accord avec toi.



Texte d'Annikina sur les illustrations de Sébastien Pelon

© Les Elfes de Tialy

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

Vous devez être enregistré
Clic here to registered