Le Petit chaperon rouge - version classique

Publié le : 07/09/2018 09:43:21
Catégories : Contes et histoires , Grimm , Les contes classiques , Perrault

Cette version est adaptée de 3 récits :

- Grimm pour la fin heureuse

- Perrault pour les formules magiques

- Une version Vendéenne pour le choix des chemins

© Les Elfes de Tialy

Il était une fois une charmante jeune fille aimée de tous. Sa grand-mère et sa mère en était si folle qu'elles lui firent fabriquer une jolie petite capeline rouge. Tout le village la surnomma alors le petit chaperon rouge tellement elle la portait bien.

Un jour sa mère l'appela : « On me dit que ta mère-grand est malade, peux-tu voir comment elle se porte et lui amener cette bonne galette que je viens de cuire et ce petit pot de crème ». Puis elle ajouta « Surtout ne t'écartes pas en chemin ! Rends-toi directement chez ta grand-mère ! ».

Le petit chaperon rouge partit aussitôt. Sa grand-mère habitait de l'autre coté de la forêt. Suivant la recommandation de sa mère, elle s'en alla suivant bien sagement le chemin. Elle entendait au loin un bucheron qui travaillait dans les bois.

Soudain, au détour du chemin elle rencontra un loup.

Mais, elle ne savait pas qu'il fallait se méfier des loups, elle lui parla donc en toute confiance :

Bonjour Monsieur Loup

Bonjour bel enfant, que fais-tu dans ces bois ?

Je rends visite à ma Mère-grand, elle est malade. Je lui porte une bonne galette et un petit pot de crème

>Où donc habite-t-elle ?

Un peu plus loin de l’autre coté de la forêt

Je vais te tenir un peu compagnie pour le chemin

Un peu plus loin, le chemin se sépara en deux. Le loup qui connaissait la forêt comme sa poche lui proposa :

Faisons la course. Tu prendras ce chemin-là qui est plus court et moi le plus long et nous verrons bien qui arrivera le premier

 

Et il partit en courant sur son chemin qui, comme vous l’avez deviné, était le plus court.

 

Il courut, et arrivé à la porte, frappa :

« Qui est là ? » demanda la grand-mère d'une voix chevrotante.

« Votre petite fille le Petit Chaperon Rouge, je vous apporte une bonne galette et un petit pot de crème » lui répondit le loup d'une voix de fausset.

A ces mots la grand-mère cria « Tire la chevillette et la bobinette cherra ».

Le loup tira la chevillette et la porte s'ouvrit. Il entra dans la maison et tout de suite se jeta sur la pauvre grand-mère et … l'avala tout cru ! Car il était très très affamé ! Il se glissa alors dans le lit de la vieille dame.

A peine était-il couché que la Petit Chaperon Rouge vint toquer à la porte.

« Qui est là ? » demanda le loup d'une voix chevrotante pour imiter la grand-mère

« Votre petite fille, le Petit Chaperon Rouge, je vous apporte une bonne galette et un petit pot de crème »

« Tire la chevillette et la bobinette cherra »

Le Petit Chaperon Rouge tira la chevillette et la porte s'ouvrit. Elle posa sa galette et son petit pot de crème sur la table. Elle eut un sentiment d’étrangeté. Cette maison, d’habitude si accueillante, lui paraissait bien froide.

Elle alla voir tout de suite sa grand-mère. Et comme elle la trouvait bizarre, elle ne put s’empêcher de poser des questions :

Le petit chaperon rouge

© Les Elfes de Tialy

« Oh Mère-grand que vous avez de grandes oreilles ! »

« Mais, c'est pour mieux t'écouter, mon enfant. »

« Oh Mère-grand que vous avez de grands yeux ! »

« Mais, c'est pour mieux te voir, mon enfant. »

« Oh Mère-grand que vous avez un grand nez ! »

« Mais, c'est pour mieux te sentir, mon enfant. »

« Oh Mère-grand que vous avez de grands bras ! »

« Mais, c'est pour mieux t'embrasser, mon enfant. »

« Oh Mère-grand que vous avez de grandes dents ! »

« C'est pour mieux te manger ! » hurla le loup en se jetant sur elle.

Et il la mangea tout cru !

Après un tel festin, le loup, rassasié, sentit l'envie d'un petit somme. Il s'allongea dans le lit et s'endormit lourdement. Le bucheron passant devant la maison entendit ses ronflements sonores. Inquiet d’un tel vacarme, il entra pour voir si la vieille dame avait besoin d’aide. Et qu’elle ne fut sa surprise lorsqu’il découvrit le spectacle !

Voulant tuer le loup dans son sommeil, il s'aperçut que son ventre remuait. Alors avec son grand couteau il l’ouvrit. Dès qu’il eut tranché le ventre, le petit chaperon rouge en sauta toute vivante mais il fallu aider la pauvre grand-mère qui était bien affaibli.

Le loup fut très vite recousu avec quelques pierres dans le ventre. A son réveil, le loup en voyant le bucheron prit peur et sauva au plus vite. On dit que se jetant dans la rivière pour la traverser à la nage, il y  sombra, alourdit qu'il était par les pierres.

Articles en relation

Partager ce contenu