Le bonhomme de pain d'épices

Publié le : 13/10/2018 12:39:43
Catégories : Contes et histoires , Les contes anglo-saxons , Les contes classiques

Il était une fois un fermier et une fermière qui habitait une jolie ferme proche de la forêt. Un jour la fermière prépara des biscuits de pain d'épices. Elle mélangea la farine, le beurre, les œufs et ajouta toutes les épices nécessaires pour fabriquer de bons biscuits, bien parfumés. Et comme elle avait un peu de temps, elle s'amusa à leur donner une forme de bonhomme.

Elle les plaça au four et au bout de quelques minutes, les biscuits étant bien dorés, elle les sortit.

Mais ! Voilà que l'un d'entre eux se redresse, saute du plat et commence à courir dans la cuisine !

Le bonhomme de pain d'épices

©Les Elfes de Tialy / Illustration d'Alice de Page

    "Reviens" lui dit-elle encore toute étonnée, "Nous devons te manger au dessert !"

Le bonhomme de pain d'épices continua sa course, grimpa à la fenêtre et s'enfuit à toute jambe en chantant :

    "Cours, cours, comme tu voudras,

    Cours, cours comme tu pourras,

    Jamais ne me rattraperas !

    Car je suis le bonhomme de pain d'épices".

La fermière le poursuivit. Avait-on déjà vu un biscuit de pain d'épices, tout bonhomme qu'il était, ne pas se laisser manger !

Et comme le bonhomme courrait en direction du fermier, la fermière l'interpella "Arrête-le ! Attrappes-le !". Le fermier voyant le petit biscuit qui courait à toutes jambes se placa sur son passage … Mais le bonhomme de pain d'épices fit un écart et poursuivit sa course tout en fredonnant :

    "Cours, cours, comme tu voudras,

    Cours, cours comme tu pourras,

    Jamais ne me rattraperas !

    Car je suis le bonhomme de pain d'épices".

Il avait maintenant à ses trousses la fermière et le fermier.

Fermier

 ©Les Elfes de Tialy / Illustration d'Alice de Page

Il courut très vite. Passant à côté de la basse-cour, la poule l'interpella :

    "Viens donc içi, joli biscuit, que je te picore avec mes petits !"

    "Non, non, non !" lui répondit le bonhomme de pain d'épices tout en chantonnant :

    "Cours, cours, comme tu voudras,

    Cours, cours comme tu pourras,

    Jamais ne me rattraperas !

    Car je suis le bonhomme de pain d'épices".

Il avait maintenant à ses trousses la fermière, le fermier et la poule.

Poursuivant sa course il passa devant la paisible vache. Relevant sa tête elle l'appela :"Viens donc dans mon enclos, petit biscuit, tu me parais bien meilleur que toute cette herbe".

Le bonhomme de pain d'épices s'enfuit encore plus vite entonnant son refrain préféré :

    "Cours, cours, comme tu voudras,

    Cours, cours comme tu pourras,

    Jamais ne me rattraperas !

    Car je suis le bonhomme de pain d'épices".

Il avait maintenant à ses trousses la fermière, le fermier, la poule et la vache.

Cette fois c'est le chien qui cherchait à l'atteindre, courant le plus vite possible, il l'appela :"Viens donc petit bonhomme de pain d'épices ! Tu m'as tout l'air d'un mets de choix !". Et le bonhomme de pain d'épices rigolant redoubla d'effort pour distancer le chien tout en chantant :

    "Cours, cours, comme tu voudras,

    Cours, cours comme tu pourras,

    Jamais ne me rattraperas !

    Car je suis le bonhomme de pain d'épices".

Il avait maintenant à ses trousses la fermière, le fermier, la poule, la vache et le chien.

A force de courir, le bonhomme de pain d'épices arriva au bord d'une rivière. Il fut là bien embêté : comment traverser ? Et comment traverser rapidement vu toutes les personnes qui lui couraient après ?!

Renard rusé sortit du bois juste à ce moment-là.

Renard

©Les Elfes de Tialy / Illustration d'Alice de Page

    "Bonjour, joli bonhomme de pain d'épices, tu me sembles contrarié, que t'arrive-t-il ?

    Bonjour Monsieur Renard, j'aurais souhaité traverser la rivière mais malheureusement je ne trouve aucun bateau pour la passer à pieds secs

    Mais je peux t'aider moi. Il te suffit de monter sur mon dos et je te fais passer de l'autre côté. D'autant plus que tu me sembles poursuivi …

    Merci mille fois gentil renard !"

Et hop, le bonhomme de pain d'épices grimpa sur le dos du renard qui s'enfonca dans la rivière. Arrivé au milieu de l'eau, le renard lui dit : "Grimpe donc sur ma tête, l'eau est plus profonde içi et je ne voudrais pas que tu sois mouillé".

Et le bonhomme de pain d'épices grimpa sur la tête du renard.

Et peu de temps après, le renard lui dit "Grimpe donc sur mon museau, l'eau est vraiment très haute ce serait bête d'être mouillé alors que nous allons atteindre l'autre côté".

Et le bonhomme de pain d'épices grimpa sur le museau du renard.

Juste à ce moment-là, le renard repris pied sur le bord de la rivière, il leva très fort son museau vers le ciel, envoyant dans les airs le bonhomme de pain d'épices, ouvrit grand sa bouche et le mangea ... tout cru.

Et se léchant les babines, il se dit "Délicieux ce bonhomme de pain d'épices !", et à son tour il chantonna :

   "Cours, cours, comme tu voudras,

    Cours, cours comme tu pourras,

    Jamais ne pourra m'échapper !

    Car je suis le grand renard rusé".

Une des forces de ce conte est son refrain chanté. Les enfants adorent entendre cette petite musique qui donne du rythme au récit (voir les astuces d'Aurelia pour raconter une histoire aux enfants). Nous vous proposons une variante filmée mais il ne faut pas hésiter à l'adapter selon vos envies.

De même le récit peut-être allongé (ou raccourci) en multipliant (ou réduisant) les visites aux différents animaux de la ferme. Souvent je demande aux enfants de choisir au début du récit, les animaux qui vont chercher à manger le bonhomme de pain d'épices.

Bon récit !

Articles en relation

Partager ce contenu