La paysanne et son cochon

Publié le : 22/11/2019 10:54:23
Catégories : Comptines , Comptines à histoire , Contes adaptés aux 3 - 4 ans , Contes et histoires , Les comptines des Elfes de Tialy , Les contes revisités

Cette histoire vous rappellera la comptine "Ah ! Tu sortiras biquette, biquette !" et pourtant elle est loin d'être récente. Elle était déjà racontée il y a 100 ans et faisait partie des trois histoires préférées des petits américains. Ils aiment beaucoup le rythme de cette histoire qui n'en finit pas et l'alternance du chant et du récit. C'est une comédie musicale pour enfant !

Pour jouer cette histoire sur le théâtre il vous faudra : la fermière, le cochon, un arbre, le chien, le feu (ou la cheminée), la rivière (ou un tissu bleu pour représenter l'eau), la vache et le fermier. Vous pourrez ajouter un bâton recueilli dans la nature. Vous pouvez soit retrouver toutes ces figurines avec les coffrets "La fermière et les animaux de la ferme" et "Renard et les animaux de la ferme" soit dans les figurines à l'unité.

Jeanne la fermière est fort contente. Aujourd'hui elle est allée au marché pour acheter un cochon. Un joli cochon tout mignon. Elle est tellement contente qu'elle lui à donner un petit nom elle a appelé son cochon Toinette. Oui parce que Toinette est une truie, une maman cochon.

Jeanne se dépêche, c’est la fin de la journée et Jeanne ne veut pas être dans la forêt quand la nuit va tomber. La nuit dans la forêt il y a des loups qui mangent les cochons !

Jeanne se dépêche mais un arbre est tombé en travers du chemin et impossible de passer autour. Jeanne regarde et décide de sauter au-dessus de l’arbre « Hop ! ».

-    - Allez viens Toinette, viens !

Toinette ne veut pas. L’arbre est trop haut. Elle ne sait pas sauter.

-     - Toinette, saute ! Toinette, tu dois sauter, le soleil n’est pas loin de se coucher et nous devons être rentrée à la maison avant la nuit pour ne pas tomber sur des loups dans la forêt.

Le grand méchant loup

Toinette refuse.

-     - Toinette, si tu ne sautes pas je vais aller chercher le chien qui va te mordre !

Toinette ne veut pas sauter. Jeanne part chercher le chien

« Ah tu sauteras Toinette, Toinette, ah tu sauteras cet arbre-là ! »

Sur l’air Ah tu sortiras biquette biquette, Ah tu sortiras de ce chou-là !

 Le cochon

-     - Chien ! Il faut que tu ailles mordre Toinette, qui ne veut pas sauter l’arbre. Le soleil n’est plus très haut dans le ciel. Il va bientôt faire nuit et si nous sommes encore dans la forêt quand ce sera la nuit c’est dangereux, un loup peut venir !

Le chien dormait tranquillement quand Jeanne est arrivé. Il n’a pas du tout envie de se lever et de courir dans la forêt. Il referme les yeux après un petit « Noon ». Jeanne n’est pas contente du tout

-     - Chien si tu ne vas mordre Toinette je vais aller chercher le baton pour te frapper

Le chien ne bouge pas et Jeanne part chercher le baton.

« Ah tu sauteras Toinette, Toinette, ah tu sauteras cet arbre-là ! »

 Le baton

-          Baton ! Il faut que tu ailles frapper le chien, qui ne veut pas mordre Toinette, qui ne veut pas sauter l’arbre. Le soleil descend dans le ciel. Il va bientôt faire nuit et si nous sommes encore dans la forêt quand ce sera la nuit c’est dangereux, un loup peut venir !

Le baton est bien installé, il profite du soleil qui est encore un peu chaud. Quitter cet endroit agréable pour aller frapper le chien ne lui dit rien du tout :

-          Veux pas dit le baton

-          Comment ça « veux pas » ?! Depuis quand les bâtons décident ? Baton si tu ne vas pas frapper le chien, je vais aller chercher le feu !

Le baton ne bouge pas et Jeanne part chercher le feu.

« Ah tu sauteras Toinette, Toinette, ah tu sauteras cet arbre-là ! »

 Le feu

-          Feu ! Il faut que tu ailles bruler le baton, qui ne veut pas frapper le chien, qui ne veut pas mordre Toinette, qui ne veut pas sauter l’arbre. Le soleil est encore plus bas dans le ciel. Il va bientôt faire nuit et si nous sommes encore dans la forêt quand ce sera la nuit c’est dangereux, un loup peut venir !

Le feu crépite doucement, il a de gros morceaux de bois à dévorer. Partir, laisser ces belles bûches pour un tout petit baton de bois ? :

-          Pas question, dit le feu

-          Comment ça « Pas question » ?! Feu tu n’as pas le choix, tu vas bruler le baton, sinon … sinon je vais chercher l’eau pour t’éteindre !

Le feu se moque bien de l’eau, elle est loin et il ne bouge pas. Et Jeanne part chercher l’eau à la rivière.

« Ah tu sauteras Toinette, Toinette, ah tu sauteras cet arbre-là ! »

 

-          Rivière ! Il faut que tu ailles éteindre le feu, qui ne veut pas bruler le baton, qui ne veut pas frapper le chien, qui ne veut pas mordre Toinette, qui ne veut pas sauter l’arbre. Le soleil a encore baissé. Il va bientôt faire nuit et si nous sommes encore dans la forêt quand ce sera la nuit c’est dangereux, un loup peut venir !

La rivière coule tranquillement sous les derniers rayons du soleil. Courir hors de son lit pour éteindre un petit feu, elle n’a pas trop envie, elle ne veut pas être brulée :

-          Je ne préfère pas, dit la rivière

-          Je m’en moque de tes préférences ! Rivière si tu ne vas pas éteindre le feu je vais chercher la vache qui va te boire !

La rivière continue à couler tranquillement et Jeanne part chercher la vache.

« Ah tu sauteras Toinette, Toinette, ah tu sauteras cet arbre-là ! »

 La vache

-          Vache ! Il faut que tu ailles boire la rivière, qui ne veut pas éteindre le feu, qui ne veut pas bruler le baton, qui ne veut pas frapper le chien, qui ne veut pas mordre Toinette, qui ne veut pas sauter l’arbre. Le soleil est très très bas. Il va bientôt faire nuit et si nous sommes encore dans la forêt quand ce sera la nuit c’est dangereux, un loup peut venir !

La vache bien installée sur l’herbe rumine. Se lever pour aller se remplir d’eau ne lui plait pas du tout :

-          Mmmeuh Mmma foi nooon !

-          Comment ça « ma foi non » ?! Mais j’en ai assez !!! Vache si tu ne vas pas boire l’eau je vais aller chercher le boucher pour te tuer !

La vache est bien installée, elle refuse de se lever et Jeanne, très énervée, part chercher le boucher.

« Ah tu sauteras Toinette, Toinette, ah tu sauteras cet arbre-là ! »

 

-          Boucher ! Il faut que tu ailles tuer la vache qui ne veut pas boire la rivière, qui ne veut pas éteindre le feu, qui ne veut pas bruler le baton, qui ne veut pas frapper le chien, qui ne veut pas mordre Toinette, qui ne veut pas sauter l’arbre. Le soleil est presque couché. Il va bientôt faire nuit et si nous sommes encore dans la forêt quand ce sera la nuit c’est dangereux, un loup peut venir !

Et le boucher dit … « Oui ! ».

« Enfin » pense Jeanne. Avec le boucher elle part vers la vache. Quand la vache voit arriver le boucher elle prend peur et se dit « Mieux vaut boire l’eau » et courre vers la rivière. Quand la rivière voit la vache venir, elle se décide tout d’un coup à partir éteindre le feu. Quand le feu voit la rivière, il s’en va bruler le baton. Quand le baton voit le feu, il saute pour aller frapper le chien. Quand le chien voit le baton, il court pour aller mordre Toinette. Quand Toinette voit le chien arriver sur elle, elle a très très peur d’être mordre, elle a si peur qu’elle … saute l’arbre !

Jeanne attrape Toinette, court sur le chemin, bientôt elles arrivent à la maison. Et justement le soleil vient de se coucher, il fait nuit dans la forêt.

« Ah ! Tu as sauté Toinette, Toinette, Ah ! Tu as sauté cet arbre-là ! »

Toinette

Texte d'Annikina inspirée par le conte américain "La paysanne et son cochon" et une version de la comptine "Ah tu sortiras Biquette ! Biquette !" interprétée par le conteur François Vincent.

Illustrations d'Alice de Page sauf le loup dessiné par Sébastien Pelon.

© Les Elfes de Tialy

Articles en relation

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

Vous devez être enregistré
Clic here to registered